· 

Reprendre ses études à 35 ans : Ce que j’ai appris

Facing my fears and returning back to school at 35 years old: What I have learned
English version here 

©V Kancel
©V Kancel

Depuis septembre comme certaines d’entre vous le savent, j’ai repris mes études.

Je prépare un MASTER en direction stratégique d’entreprise à l’Ecole Supérieure de Commerce de Paris.

C’est une démarche qui m’a paru évidente après plus de 10 ans en tant que cheffe d’entreprise et une expertise bâtie sur le terrain.

 

Quand j’étais à l’université, j’ai eu la chance de pouvoir étudier un peu tout ce que je voulais. C’est la chance d’avoir vécu à Londres où l’éducation est beaucoup plus versatile et moins conservatrice qu’en France.

Japonais, commerce international, droit, et entrepreneuriat le tout dans une licence en management des ressources humaines !

Mais vous l’aurez compris c’est dans le commerce et l’entrepreneuriat que j’ai trouvé mon bonheur.

 

Ça c’était il y a presque 11 ans.

Aujourd’hui après 3 sociétés et 1 échec (qui a été une très belle leçon heureusement) j’aspire à autre chose. Le problème c’est que je ne sais pas encore quoi. 🤷‍♀️

 

½ La bonne solution pour éviter de perdre mon temps pendant que je cherche ce que j’ai envie de faire dans les 10 prochaines années, a été de retourner sur les bancs de l’école.

 

Plus facile à dire qu’à faire.

Mais depuis bientôt 6 mois j’ai re-découvert une partie de moi que j’avais oublié et découvert beaucoup d’autres choses encore.

Je partage avec vous ce que j’ai appris en reprenant mes études à 35 ans :

Entre être étudiante et être maman étudiante il y a un monde

Le seul point commun : l’envie de pendre une bonne cuite après mes examens 😆

Être étudiante et maman en même temps, c’est le plus gros challenge. A côté de celui-ci, les autres c’est de la gnognotte.

Entre gérer les enfants malades, les interruptions à gogo pendant mes séances de travail, les déplacements sans arrêt, les temps de travail courts et parfois non productifs, la vie de maman mixée à celle d’étudiante n’est pas une franche partie de rigolade.

 

Mais bizarrement mes enfants ont aussi été ma soupape de décompression.

Lorsqu’il y a 10 ans je pétais un plomb pendant l’écriture de mon research paper, je n’avais personne vers qui chercher un peu de réconfort.

Aujourd’hui c’est différent. 

 

½ Mes enfants ont été un vrai refuge pour moi dans les moments où rien n’allait comme je voulais.

 

Je les en remercie pour ça.

Et il y a une autre personne aussi que je peux remercier…

Mettre ma moitié (et ma famille) à contribution pour me soulager

Heureusement qu’avec mon compagnon on fonctionne comme une équipe.

C’est lui qui s’occupait seul du foyer pendant j’écrivais mon dernier projet de recherche et vu que je finirai mon master en mi-2020, il a encore beaucoup à faire pour m’aider à réussir mes nouvelles études.

Autant le flatter dès maintenant.

 

Ma mère et ma belle-mère aussi ont été très présentes notamment pour la garde de mes enfants pendant mes jours de cours et au moment où mon compagnon travaille en même temps que moi je suis à l’école.

 

½ Mon petit conseil pour les mamans solos :

 

N’hésitez pas à mettre les membres de votre famille à contribution aussi. Mamans, papas, taties, frères, sœurs, tout le monde y passe.

Dans l’objectif de réussir vos études, il ne doit pas y avoir de demie mesure.

C’est aussi l’occasion de pouvoir compter sur leur soutien dans ce moment court mais intense de votre vie donc il ne faut pas avoir honte ou peur de demander de l’aide surtout !

©Vanessa Kancel
©Vanessa Kancel

Expliquer à mes enfants ce que j’ai entrepris et pourquoi

Je ne l’ai pas fait tout de suite mais après quelques semaines j’ai expliqué à ma plus grande de 6 ans que maman était retournée à l’école.

Passé les questions du style : « on va faire les devoirs ensemble ? », « toi aussi tu as une gourde pour ton gouter ? »… C’est elle qui canalise son petit frère quand je suis en train d’étudier avec eux à la maison et qui lui dit « arrête Elijah, maman travaille tu fais trop de bruit ! ».

 

Je les récompense aussi de m’avoir permis de travailler la matinée par exemple en leur offrant une belle sortie l’après-midi ou un restaurant le soir.

Travailler le matin is the best

Fini les sessions vampire de devoirs et de préparation aux examens jusqu’à 5 heures du matin.

Passé 20h toute conscience professionnelle et bon sens disparaissent chez moi.

Même à grands renforts de café, rien à faire impossible d’être productive…

 

Donc à moi de m’organiser pour travailler tôt.

La bonne idée : se coucher tôt et se réveiller 1 à 2 heures avant les enfants pour bien travailler. 

Ou bien préparer sa journée, prendre le temps de se maquiller, glander devant Instagram, au choix… 😉

C’est mon ME TIME que je m’accorde tous les matins au calme.

©V Kancel
©V Kancel
©V Kancel
©V Kancel

Être organisée c’est la clé

Je suis une organisée de nature mais là j’ai appris à pousser à l’extrême :

  • Préparation des repas à l’avance (j’en parle ici sur le blog)
  • Préparation des vêtements pour tout le monde le soir
  • Rotation à la chaîne des lessives
  • Courses en gros
  • Planning hebdomadaire affiché pour la famille

La maison tourne depuis Septembre comme un petit régiment.

Et tout le monde y trouve son compte ! Notamment Papa qui avec ses repas maison à emporter au travail fait quasiment 200-300 euros d’économie par mois en évitant de manger dehors quotidiennement.

©V Kancel
©V Kancel

Il faut préparer son dossier de formation

Pour reprendre mes études, j’ai choisi de demander une subvention formation à la région Guadeloupe dans le cadre de l’AIF. (Aide Individuelle à la Formation)

Pour cela j’ai dû prendre le statut de demandeur d’emploi et m’enregistrer au pôle emploi.

La formation ESCP étant de très haut niveau, elle est aussi très cher : 22 000 euros sur 2 ans.

 

½ Dans le cadre du dispositif AIF, la région Guadeloupe prend en charge jusqu’à 60% des dépenses de formation.

 

… Mais uniquement le cout pédagogique (donc pas d’allocation essence pour le déplacement ou autre).

 

J’ai également sollicité l’aide du département par le biais du conseil départemental de la Guadeloupe.

Pour cela, je me suis adressée à mon antenne locale du département.

J’ai eu un rendez-vous avec une assistante sociale et j’ai récupéré un dossier de formation AIF aussi auprès d’elle.

 

½ Le conseil départemental finance les actions de formation dans le cadre d’un projet de reconversion et de complémentarité du cursus de formation jusqu’à 30%.

 

C’est eux qui ont initié tout le dossier donc je n’ai rien eu à la transmettre à la région. Tout a été fait directement depuis le conseil départemental.

Suite à la commission, j’ai reçu un accord de formation.

 

J’ai eu un accord de formation à 90% donc il me reste à régler personnellement 10% des frais de formation soit 2 200€.

C’est peu payé pour une formation de ce niveau donc c’est avec joie que j’ai accepté.

D’autant plus que la CCI (Chambre de Commerce et d’Industrie) de Guadeloupe qui dispense la formation en Guadeloupe pour le compte de l’ESCP m’a proposé des facilités de règlement.

 

En fonction de votre lieu de résidence, je vous conseille donc de vous rapprocher des institutions suivantes pour vous aider à monter votre projet de reprise d’études :

  • Si vous êtes salarié(e) :
    • Votre service RH pour un demande CIF ou CPF
    • Un centre de formation spécialisé dans les VAE
  • Si vous êtes demandeur d’emploi :
    • Pôle emploi
    • Conseil départemental
    • Mairie
    • Assistante sociale 
    • Assistante sociale de la CAF
    • Mission locale

C’est un projet qui en plus d’être personnel mobilise financièrement. Tout le monde ne peut se permettre de payer de sa poche autant de frais de scolarité.

Mieux vaut mettre toutes les chances de son coté et faire ses recherches bien avant la date de démarrage.

Généralement les dossiers doivent être déposés au moins 3 mois avant la date de démarrage.

Vous pouvez le voir donc c’est une décision qui n’est pas sans conséquence pour la vie de famille mais ô tellement gratifiante et riche de sens pour son projet de vie.

Outre les nouvelles qualifications que ce diplôme va m’apporter, il contribuera à augmenter mon employabilité et le niveau de vie de ma famille… et ça ! c’est le plus grand enseignement que je retire !

 

Et vous, avez-vous déjà eu envie de reprendre vos études ?

Avez-vous entrepris des démarches ou cet article vous a apporté plus d'information sur la question ?

Dites-moi tous dans les commentaires et si l’article vous a été utile ou vous a plu, n’hésitez pas à le partager !

 Must read! Mes derniers articles de blog:

6 techniques pour tenir vos objectifs de l'année
6 techniques pour tenir vos objectifs de l'année
Je suis une Multipotentielle, est ce un don ou une tare?
Je suis une Multipotentielle, est ce un don ou une tare?

Écrire commentaire

Commentaires: 18
  • #1

    Stéphanie (vendredi, 08 mars 2019 12:15)

    Pour le moment je n’y pense pas. Je me concentre sur mon projet de création d’entreprise. Mais j’avoue que j’aurais aimé pouvoir faire une formation dans le domaine de la petite enfance pour compléter ce que j’ai déjà �

  • #2

    Ax’l as Sello (samedi, 09 mars 2019 11:35)

    Très bon article à bien des niveaux.
    En effet, tu as su partager à propos de tous les domaines que ça impactait.
    Merci pour tous les tuyaux �. Ça motive.

  • #3

    Julie (samedi, 09 mars 2019 18:56)

    Super article riche d'enseignement et où l'on se reconnaît
    J'ai repris mes études a 36 ans pour devenir nathuropathe et il est vrai que l' organisation est capitale
    Merci pour tes astuces,
    Je vais mettre en applications dès lundi, merci !!!!
    Pour les subventions, certains domaines sont encore boudés notamment dans le secteur du bien être, mais cela changera peut être ....

  • #4

    Sabi (samedi, 09 mars 2019 19:40)

    Franchement je suis tres contente de pouvoir lire cet article. J ai 37 ans mere d'un ado et en plein reconversion pro. Et je reprends mes etudes pour la 2 eme fois. L'organisation est la clé. Ce n'est pas facile mais les elements fournis sont precieux et d'une grande aide

  • #5

    Gwadamom (dimanche, 10 mars 2019 13:25)

    Coucou. Article bien détaillé. Je ne pensais pas que l'on pouvait obtenir une si grande prise en charge... moi qui voulais passer mon Caferuis, il y en avait pour 15 000 malgré mes demandes à pôle emploi on m a dit que je ne pouvais espérer que 1500e �

  • #6

    The Caribbean Mompreneur (jeudi, 28 mars 2019 10:17)

    @Stépahnie: l'important n'est pas de faire une formation pour en faire une. C'est bien de prendre le tepmps de sourcer ce dont on a besoin et parfois c'est en commençant son activité entrepreneuriale qu'on se rend compte qu'il nous manque des compétences. C'est ce qui s'est passé dans mon cas... après 10 ans :)

  • #7

    The Caribbean Mompreneur (jeudi, 28 mars 2019 10:18)

    @Ax’l as Sello
    Merci pour ton retour :)
    A bientôt sur le blog

  • #8

    The Caribbean Mompreneur (jeudi, 28 mars 2019 10:21)

    @Julie
    Merci pour ton retour! :)
    Pourquoi tu dis ça pour les formations en bien être? Tu as été bloquée quelque part dans tes demandes de subventions?

  • #9

    The Caribbean Mompreneur (jeudi, 28 mars 2019 10:23)

    @Sabi
    Merci beaucoup de ton attention. je te souhaite bon courage aussi! Ce n'est pas évident mais on en sort enrichies!

  • #10

    Billie (jeudi, 04 avril 2019 03:53)

    C’est une belle initiative et je trouve que tu es très courageuse d’avoir sauté le pas. Chapeau ! Tu peux être fière de toi. Je te souhaite beaucoup de succès dans tes études.

  • #11

    The Caribbean Mompreneur (samedi, 13 avril 2019 22:59)

    @Gwadamom
    Comme je l'ai dit dans l'article, le mieux c'est de solliciter plusieurs aides en même temps de différents organismes.
    Pour moi c'est en combinant 2 aides (région + département) que j'ai pu obtenir un financement pour mes études.
    Donc dans ton cas, pole emploi peut être un bon départ.

  • #12

    The Caribbean Mompreneur (samedi, 13 avril 2019 23:02)

    @Billie Merci beaucoup pour tes encouragements! It's so nice :)

  • #13

    Karine (mardi, 23 juillet 2019 20:45)

    Merci pour ton article, il contribue à ma réflexion! 45 ans et je me pose des questions, d’organisation, de changement de vie, d’entrepreneuriat, reprise d’étude.... et je n’arrive pas à me décider

  • #14

    The Caribbean Mompreneur (mardi, 06 août 2019 18:11)

    J'espère que ces quelques lignes te mettront sur la voie. Le changement est propre à chacune d'entre nous, ce temps de réflexion aide à prendre les bonnes décisions!

  • #15

    kath saref (mardi, 06 août 2019 22:27)

    Témoignage du prêt entre particulier sérieux et honnête, il serait injuste de ma part de ne pas faire l'éloge de celui qui m'a permis d'obtenir un prêt d'argent Au départ je n'y croyais pas un seul instant, mais Monsieur Denis Cholley m'a prouvé son honneteté et sa franchise en m'octroyant un prêt de 8000€.
    Vous qui avez besoin de faire un prêt, je vous prie de prendre contact avec lui voici son adresse électronique :
    denis-cholley@outlook.fr

  • #16

    asian (mardi, 20 août 2019 09:37)

    Merci pour ce témoignage.
    Mon cas est pour une maman étrangère sans parler le francais et de ressource.
    J'ai reprise de l'étude de Bac+1 à 30 ans avec deux petits enfants, sans ressource et en tant que étrangère qui ne savait pas parler le francais, ni toucher le chômage. Comment faire?
    Je suis arrivée en France en 2000 et ensuite deux enfants. J'ai du rester comme femme au foyer et femme de ménage intérimaire ou travailler au noir pour parfois 1euro/h pendant 6-7ans. J'ai quité le travail comme femme de ménage car je croyais en ma capacité et j'ai eu un Bac+4 au Vietnam (fin universitaire vs en France Bac+5). Comme mon diplôme n'est pas reconnu, j'ai du partir de 0. La seule ressource pour pouvoir toucher la bourse de conseil régional Nord Pas de calais, il faut poursuivre un parcours universitaire. Vous ne pourriez pas toucher RMI car pas active si vous êtes en formation, ni le CROUS car vous êtes âgée pour être étudiante. Ainsi j'ai fait Lille 1 et un prépa ENS cachan en parallèle pour toucher la bourse et pour avoir plus de chance de trouver du travail. Du courage madame et vous n'écoutez pas des gens qui se moquent. De la passion pour pouvoir refaire les études. Du bonheur aussi même dans la misère matérielle(vous allez vivre avec 500 euros pour 10 mois avec les enfants sans aide de chômage). Du surpasse sur soi car la fossé de langage (pas réussite faire des notes, il faut emprunter, compléter les trous de note, préparer tous les exercices pour poser la question) ajoute à la finance et les petits à s'occuper. De la rêve pour une vie meilleure car la France vous donne toujours de la chance pour refaire la vie. De bonne stratégie (viser les métier de technique et qui recrute pour réduire le barrage de langage) car vous êtes pas comme les jeunes, mais âgée, parler pas parfaitement le français.
    En fin, j'ai eu le concours pour entrer une grande école d'ingénieur. J'ai fait une erreur de changer ma carte de résidence, donc j'ai perdu l'aide de conseil régional. Ainsi, j'ai eu la bourse de 4100 euros par an à l'école. J'ai eu mon diplôme d’ingénieur en à 35 ans, fin 2011 et j'ai eu un emploi tout de suite. Pour une étrangère qui fait tellement la faute d'orthographe, mieux viser les grandes groupes internationales pour à la fois plus ouverte et moins de barrage de langue sachant que toujours penser le travail crée le travail (accepte tout au départ pour mieux viser en attendant). Je suis actuellement dans une grande groupe pharma en tant Principal Data Scientist dans Big data.
    Ainsi, de Femme au foyer et de ménage à Data Scientist, c'est possible grâce à la France et à vous même.
    Bon courage à tous les mères

  • #17

    asian (mardi, 20 août 2019 09:46)

    J'ai oublié de remercie le Conseil Régional Nord Pas de Calais qui aide les femmes de refaire les études même elles n'ont pas fait suffisamment l'heure comme les hommes.
    Je pense des choses à améliorer pour le Conseil Régionale de Bretagne qui a réfusé de donner la bourse pour financer les longues études (seulement pour 6 mois à l'époque)
    Je pense qu'il faut aussi prendre en compte plus d'aide pour les femmes comme moi quand on n'est ni étudiante pour avoir l'aide de CROUS pour le logement et ni RMI car on n'est pas active. Il faut élargir le statue d'étudiant pour les personnes âgées et aussi pouvoir toucher RMI pour les gens qui suivent la formation sans ressource (sans indemnisation de chômage)

  • #18

    Chris Negrit (lundi, 09 septembre 2019 15:18)

    Quel soulagement de lire ton article et quel réconfort
    J'ai repris mes études il y a presque 4 ans avec une interruption de 2ans car j'ai eu des jumelles, je suis passée de 1à 3 enfants mais ma motivation est restée intacte; le fait de te lire remonte mon moral, tout ce que tu vis ou a vécu " interruptions des enfants pendant les séances de travail ou de révisions qui à force ne sont plus productives" ou "les passé 20 heures ou le cerveau ne fonctionne plus comme on le souhaiterait" je pensais être seule et surtout être incapable; Je commençais vraiment à démoraliser;
    Je vise un passage en 3ème année de droit et j'ai 36 ans et comme tu l'as si bien écrit, il n'y a pas de demi mesure dans son objectif de reprendre des études;
    A chaque fois que j'aurais un coup de mou en plus des bras de mes enfants je relirai ton article à coup sûr;

    Merci pour ce partage et ton expérience et je te souhaite une belle réussite et de belles choses à venir.