· 

Comment le confinement a sauvé mon couple?

Je ne me rappelle plus depuis quand nous avons été autant en harmonie.

Trois semaines de confinement dont une, malades ensemble et jamais nous ne nous sommes moins disputés, jamais nous ne nous sommes moins pris la tête lui et moi.

C’est fou de se dire qu’il y a encore quelques semaines je pensais que notre relation ne survivrait pas encore un an.

 

En 12 ans de vie commune, nous sommes passés par tellement de choses, de nos retrouvailles (c’est une très longue histoire) à notre emménagement, de la naissance de nos enfants à aujourd’hui, que j’ai parfois l’impression qu’on a grandi ensemble mais qu’à un certain point on a commencé à évoluer à part.

Il m’a toujours épaulé et a toujours accepté mon train de vie de femme cheffe d’entreprise même au point culminant de ma carrière où j’ai eu à diriger plus de 15 personnes et où parfois je dormais au bureau pendant plusieurs jours de suite pour finir mes dossiers et gérer mes ressources humaines.

Quand j’ai voulu ralentir la cadence et fermer mon entreprise, pour travailler moins cette fois-ci en indépendant, il a encore été là.

Mais à ce moment précis, c’était son "time to shine" et lui a évolué en grand dans son poste actuel.

Depuis lors, ça n’a été facile. Les longues heures que je faisais, aujourd’hui c’est lui qui les fait et c’est souvent que je ressens son manque. "Je le cherche", comme j’aime à lui dire.

Mais je sais que je ne peux pas lui demander de ralentir pour moi car il y a quelques années je ne l’ai pas fait moi-même.

On dit que le plus gêné se retire, c’est donc ce que j’étais prête à faire. J’ai pensé à le quitter.

Mais le coronavirus est venu bouleverser tous mes plans.

 

Alors depuis 3 semaines, on file le parfait amour. En famille avec nos petites extensions de nous-mêmes, on se regarde, on se sourit, on se nargue mais on ne se dispute pas.

Je ne comprends pas.

D’ailleurs même en écrivant ceci, je ne suis pas sûre d’avoir l’équation qui fait que tout ceci fonctionne... mais ça fonctionne.

En vous demandant sur les réseaux sociaux du blog, je me suis rendue compte que la majorité d’entre vous, passe aussi par cette phase d’harmonie au sein de leur ménage depuis le début de la crise. Certaines, tout comme moi, sont un peu perplexes.

 

Je pense que cinq choses font que le confinement pour beaucoup de couples est salvateur :

 

On ne peut pas sortir de la maison

Pas sans motif valable en tout cas et sortir pour s’aérer la tête parce que la madame ou le monsieur vous a pris la tête nous coutera 135 euros.

Autant dire qu’il vaut mieux essayer de se comprendre et de faire de ce confinement forcé un moment de paix.

Est-ce savoir qu’il nous sera impossible de sortir de la maison décourage les disputes ?

Qui sait... en tout cas, depuis le début du confinement, j’ai poussé un coup de gueule et puis depuis plus rien.

135 euros c’est le prix d’un petit sac chez Balzac Paris quand même...

On vit dans une bulle

Un peu comme les débuts de toutes les histoires d’amour quand on était dans la phase "us against the world"rien d’autre de comptait que nous deux.

On vivait d’amour et d’eau fraîche littéralement et on ne se sustentait que parce qu’il le fallait bien après des jours passés sous la couette.

Avec deux enfants en plus, on est moins fusionnels mais c’est tellement agréable d’être ensemble.

 

On passe plus de temps ensemble

La plaie d’être une femme active c’est le manque de temps.

Je cours après le temps tout le temps, tout le temps. J’imagine que vous aussi.

Alors pour une fois qu’on peut passer un moment ensemble et en famille, je ne m’en plains pas. Bien au contraire, les enfants sont contents d’avoir Papa et Maman à la maison et moi "je ne cherche plus" mon homme.

 

On fait l’amour plus souvent

Pour les couples qui sont confinés, l’enfermement peut avoir une saveur plus douce que les jours normaux.

C’est l’occasion de rester au lit plus longtemps et ce même quand on a des enfants.

Chez nous, ils se couchent plus tard et donc se lèvent plus tard.

C’est l’occasion de faire de belles grasses matinées à deux et nous aussi de nous coucher très très tard.

On est aussi moins fatigués par la routine habituelle notamment celle des transports. On garde donc toute notre énergie...

 

On se rend compte que la vie ne tient qu’à un fil

Quand on voit le nombre de morts dans le monde, la vitesse à laquelle la maladie se propage et le fait que n’importe qui et à n’importe quel âge peut être touché, on se dit que la vie est courte. Et par déduction, on se dit tout.

C’est le bon moment pour vider son sac et aplanir les choses. Beaucoup d’entre nous l’ont fait et ça aide à repartir sur de bonnes bases.

 

Finalement, je me rends compte qu’il y a bien plus que cinq inconnues qui font que notre équation fonctionne depuis le début de la crise : en plus de tout ce que je vous ai dit, je me rends compte qu’on cuisine tous les jours et qu’on mange ensemble. On teste même de nouvelles recettes à tour de rôle pour se prouver nos petits talents culinaires.

On se découvre des loisirs jusqu’alors insoupçonnés (j’ai découvert que monsieur aime les puzzles !)

On profite de la vie et on rit plus que d’habitude.

On cherche le positif dans l’incertitude des jours prochains.

On se serre les coudes.

On avance ensemble.

 

Est-ce qu’en fin de compte, l’équation n’aurait-elle pas seulement deux inconnues à savoir nous deux ? 

On s’est connus, on s’est perdus de vue, on s’est reconnus. Le tourbillon de la vie.

En faisant abstraction des perturbations quotidiennes, le confinement nous a aidé à nous retrouver, à nous recentrer et à nous re-connaître.

 

A quoi ressemblera la vie après ? Quand tout reprendra son cours ?

Je n’en suis pas sûre mais je sais qu'à tout prix nous devons éviter de re-devenir deux inconnus.

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Jupiter (samedi, 04 avril 2020 05:11)

    Super article Vanessa. On se la fragilité, l'amour, la complexité de pouvoir tous gérer a bien!!
    En tout cas, merci, d'avoir pue ouvrir ton coeur, tes pensées et surtout de partager tous ça avec nous!!